domingo, maio 21

As palavras de um Mestre*

"(...) Je trouve qu'il est tragique qu'un créateur, tout à coup, change radicalement sa façon de raconter les choses, car cela veut dire que l'une des deux formules, la nouvelle ou l'ancienne, n'est pas la bonne. Il est essentiel que le dernier film ressemble au premier, absolument. Je ne sais pas si c'est mon cas autant que je le désirerais; mais, pour moi le créateur idéal (j'aime mieux employer le mot «créateur» que le mot «réalisateur» ou le mot «auteur» puisque notre langue n'a pas un mot vrai pour dire ce que nous sommes, ou tout au moins ce que j'éssaie d'être quant à moi, puisque j'aime de plus en plus écrire et tourner) eh bien, le créateur idéal est celui qui a forgé une oeuvre exemplaire, une oeuvre qui sert d'exemple. Non pas de d'exemple de vertu ou seulement de qualité, non pas dans ce sens où l'on dit quelqu'un exemplaire parce que tout ce qui est exemplaire, pour un créateur, c'est que tout ce qu'il a conçu soit condensable en 10 lignes de 25 mots chacune qui suffisent à expliquer ce qui'il a fait et ce qu'il était "

Jean-Pierre Melville

* desde já as minhas desculpas pela transcrição no original. É o que dá ser adepto da máxima italiana "tradutor traidor" (Traduttore, tradittore) .